Cet article est le deuxième d’une série dédiée à l’alimentation locale et de saison. Pour retrouver facilement les autres épisodes :
– La révolte des courge(tte)s 1/4 : Des courgettes en hiver, diantre !
– La révolte des courge(tte)s 3/4 : Les fruits et légumes de saison en Février
– La révolte des courge(tte)s 4/4 : La morale de cette histoire ou réapprendre à vivre au rythme de la nature
Maintenant, let’s go.

Pourquoi mes enseignes chantres du bio continuent à proposer aux clients des produits hors saison importés ? 

Pour y répondre, je leur ai posé la question, l’ignorance ou le jugement ne font en général pas avancer le débat. Il se pourrait qu’il y ait une excellente raison (autre que le profit) expliquant la présence de cette ratatouille en pièce détachée sur leurs étals, quand Paris est sous la neige.

Réponse d’une des enseignes interrogées :
« Nous cherchons à rendre le bio « accessible » ce qui implique parfois la vente de produits bio en provenance de l’étranger pour des questions de disponibilité mais également de prix. Il existe certains produits hors saisons, comme les courgettes par exemple, qui sont très demandées par les consommateurs de bioNous faisons le choix de satisfaire la demande de nos clients car nous pensons que les motivations pour consommer bio sont diverses et personnelles (raison de santé, préoccupations environnementales, traçabilité des produits, etc…) et nous souhaitons les accompagner au mieux dans leur potentielle conversion au bio. »

Ah voilà, c’est donc nous consommateurs qui devons changer nos comportements pour faire changer ceux des distributeurs. La bonne vieille loi de l’offre qui s’adapte à la demande (et non l’inverse). Je me disais aussi qu’on devait avoir notre part de responsabilité là-dedans.

Allez, on sait ce qu’il nous reste à faire :
Consommer local et de saison au maximum !