Cet article est la première partie d’un texte sur le striatum, une petite glande cérébrale aux très grands pouvoirs. Il paraitrait qu’elle nous mène à la baguette et nous empeche de changer… 
– Pour lire la deuxième partie : https://planetewakemeup.com/?p=1428&et_fb=1&PageSpeed=off
– Pour lire la troisième et dernière partie : https://planetewakemeup.com/?p=1439&et_fb=1&PageSpeed=off

Maintenant let’s go !

Salut les terriens, 

 

Nous sommes le 23 Avril 2019, il a fait beau tout le week end, les cloches ont planqué dans nos jardins des tonnes de chocolat qui ont fait trois fois le tour de la terre avant d’être découvertes par les mains joueuses de nos enfants – whaaaaat ? on a dit positif 🙂 : du chocolat.

On a tout oublié, le temps d’un week end pascal : soucis quotidiens, bonnes habitudes, gilets jaunes, Notre Dame et changement climatique. On a redécouvert les joies des beaux jours, du bien manger, d’être ensemble.
Glander pour les plus chanceux d’entre nous. Et qu’est-ce que ça fait du bien !

Et le temps passe. Et le compte à rebours d’Antonio Gutierrez tourne. Et il ne se passe toujours rien.
Toujours rien sur le front du changement climatique.

L’incendie de Notre Dame nous a offert un exemple évident du « Quand on veut, on peut » avec la mobilisation en 48h de centaines de millions d’euros de la part des grandes familles privées françaises. Preuve en est que l’argent existe et qu’il peut être mobilisé pour de grandes causes.

 

Mais alors, pourquoi ne faisons-nous rien pour préserver la planète ?
Tu pourrais nous laisser déguster notre chocolat tranquille quand même

On ne va pas revenir sur le fait que nous savons. Oui, nous savons parfaitement ce qui est en train de se produire, nous en connaissons les conséquences pour la planète et surtout pour l’humanité.

On sait, on en a conscience et on ne fait R.I.E.N.

Si, on fait des choses, des petites choses.

Certain(e)s agissent, heureusement !
 Greta Thunberg fait le tour des institutions pour marteler son message d’urgence : cette semaine encore au Parlement européen, en larmes ; on va finir par la perdre cette petite !

 Les lycéens de France et d’ailleurs font grève tous les vendredi depuis le 15 Mars ;

 Les actions de désobéissance civile non violente commencent à se multiplier : pas plus tard que vendredi dernier, 2 000 personnes se sont rassemblées à la Défense pour dénoncer « La République des pollueurs » pendant que le mouvement Extinction Rebellion occupait des lieux publics toute la semaine à Londres ;

 Des initiatives pour infléchir l’économie et repenser le rôle des entreprises se multiplient :

  • Bernard Stiegler rédige en ce moment même un Mémorandum of Understanding qui sera présenté en Janvier 2020 aux Nations Unies pour proposer des nouveaux modèles économiques adressant les challenges de l’anthropocène (1);
  • Jean Jouzel et Pierre Larrouturou s’emploient à porter le Plan Finance Climat au niveau européen pour réorienter une partie des investissements de la Banque Centrale Européenne et des fonds spéculatifs vers la transition écologique ;
  • Clara Gaymard, ex « patronne » de General Electrics France initie un mouvement pour une économie bienveillante encourageant les entreprises à mieux partager les richesses, à s’engager localement dans des projets philanthropiques et à associer les salariés dans la mission de l’entreprise.

Et ?
A-t-on seulement commencé à réduire les émissions de gaz à effet de serre ?
A-t-on commencé à lutter contre l’érosion des sols ?
A-t-on commencé à agir pour réduire la pollution de l’air ?

Non, pas vraiment. Ou si peu. Mais heureusement tout va changer avec le Grand Débat non ? Attendons les annonces du président mais a priori on risque d’être bien bien déçus : seule l’idée de la constitution d’une assemblée citoyenne pour réfléchir aux solutions s’est retrouvée citée dans les fuites de son allocution télévisuelle.

Autant dire pas l’ombre d’une demi-mesure. De la gnognotte. En rien comparable avec la mobilisation pour Notre Dame.

 

Mais alors on est bête ou quoi ?
Et si l’affirmative n’était pas à exclure…