NB : Cet article est un repost d’une de nos newsletter La ChroniK EnerGIVrée datée de 2020.


Cet article est la deuxième et dernière partie d’un texte sur la démission fracassante de Nicolas Hulot.
Et maintenant, qu’allons-nous faire ?
– Pour lire la première partie c’est ici
Maintenant let’s go !

Alors on fait quoi ? On passe à l’action ! 

(chouette, encore une to do list !)

1 – On participe au World CleanUp Day le samedi 15 Septembre. Oui oui, dans 6 jours.
Partout en France des dizaines d’initiatives locales sont organisées pour nettoyer nos espaces de vie : villes, campagnes, plages, montagnes… On y va, même 1 heure, et avec les enfants ils vont adorer être utiles.
https://worldcleanupday.fr/

2 – On vote pour le budget participatif de sa ville
A Paris, c’est en ce moment et jusqu’au 23 Septembre. On soutient les projets qui favorisent la résilience des villes: végétalisation des toits, des cours d’école, développement d’espaces verts; agriculture urbaine, jardins partagés,…; mobilité douce; énergie propre; rénovation thermique des batiments,… Il y a de quoi faire !

3 – On devient l’un des 150 ambassadeurs du climat à Paris 
Une journée de formation est organisée le samedi 22 Septembre par la ville de Paris.
Tu veux en être ? https://www.paris.fr/planclimat
Il est probable que d’autres initiatives existent localement. Et si ce n’est pas le cas, proposez-le !

4 – On se rapproche de sa mairie pour constituer ou rejoindre un collectif citoyen qui a envie d’accélérer la transition écologique au niveau local. Il en existe dans certains arrondissements parisiens (le « CoCiCli » dans le 10ème par exemple). Les mairies sont preneuses des énergies citoyennes !

5 – On soutient une ou plusieurs des 400 associations environnementales qui existent en France
https://www.smartplanete.org/liste-associations-environnementales-france/

6 – On change nos comportements du quotidien. C’est la vocation de cette newsletter de nous y aider. Tous les sujets passeront sur le grill : alimentation, consommation, énergie, transport, voyages, finance… pour réduire notre empreinte environnementale (c’est indolore rassurez vous !).

En dehors du point 5, tout est gratuit ! Il faut juste être prêt à donner un peu de son temps.

Ce ne sont que quelques idées pour prendre conscience du problème et commencer à faire partie de la solution. N’hésitez pas à me partager toutes vos idées, c’est de cette manière que nous irons plus loin.

Restez connectés, « les pieds sur Terre et les yeux tournés vers les étoiles »

Baisers de rentrée,
Mathilde