Cet article est le premier d’une série sur les enjeux liés à la réduction du plastique dans nos vies.
– Déplastifiquons-nous 2/3 : Le choc des photos, le poids des maux : les ravages du plastique
– Déplastifiquons-nous 3/3 : Les solutions
Maintenant let’s go !

Salut à vous Déplastificateurs et Déplastificatrices,

Si comme moi vous suivez un tout petit peu l’actualité, vous avez sans doute remarqué que le vent de « déplastification » continue à souffler sur les marques : Ikéa *, McDonald, Starbucks, Franprix…ont annoncé récemment qu’ils s’engageaient à bannir le plastique à usage unique de leurs magasins. Ils ont lu la précédente newsletter ou quoi ???

Trève de plaisanterie. Ça se passe comment du côté de la mise en action des 5 tips partagés la dernière fois? Plutôt bien bien ou bof bof ?
Envoyez moi des petits messages pour me dévoiler les coulisses de votre désintox. C’est difficile ? C’est normal !

On dit qu’il faut 21 jours pour intégrer une routine. Aucun fondement scientifique, apparemment c’est un chirurgien esthétique qui a posé ce chiffre là dans les années 60. Pas mal non ?
On va être large et se laisser au moins le triple voire le quintuple du temps : de nouveaux tips, il y en a un peu plus bas et plein d’autres à venir dans les prochaines newsletters.

Avant de partir en vacances, on se parle des 9%. 
Raté, ce n’est pas le taux d’échec au Baccalauréat cette année !

9% c’est le taux de plastique recyclé dans le monde. Peu.
Mais tout de même 30 millions de tonnes tous les ans. Pas rien.

Comment savoir quel plastique se recycle ?
 

Où l’on se parle de poubelles jaune et verte  
(courage, c’est la section anti-sexy)

Si comme moi vous aimeriez que ce soit plutôt 80% des plastiques que l’on recycle, vous avez sans doute une légère tendance à l’excès de zèle et vous jetez tous les plastiques dans la poubelle jaune (je ne dois pas être la seule à faire ça, si ?). 

ERREUR #1 « Le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions »

Ouais mais cela n’a pas de conséquences de toute façon de mal trier ? ERREUR #2 

Si on trie mal chez soi, la poubelle jaune dans son intégralité ne sera :
soit pas prise en compte et finira donc dans la benne classique (tout ça pour ça !). Cela concerne 2 à 5% des poubelles jaunes quand même.
soit retriée lorsque les services municipaux ont de l’argent. Ah bon, ben alors on ne va pas en plus faire bien le boulot dès le départ !

Imaginons maintenant qu’on ait une amende à la moindre faute de tri ou que le contenu de nos poubelles reste en plan devant chez nous tant que l’erreur n’est pas corrigée…

Non mais t’es malade ou quoi ??? Ca n’existe pas encore mais cela pourrait.

Dans une perspective plus large, au delà des déchets plastiques, il est intéressant de constater que chez nos voisins allemands, suisses, luxembourgeois, les taxes sur les déchets sont corrélées au volume produit par chaque ménage. Un poil plus coercitif que chez nous où l’on remarque à peine que nous payons la TEOM **, mélangée joyeusement avec la redevance TV. Ni vu ni connu j’t’embrouille. En même temps, associer l’une et l’autre fait réfléchir sur leur qualités respectives.

On commence d’ailleurs à voir apparaître dans l’hexagone quelques iconoclastes (d’autres parleront plutôt de « fous furieux » ) comme le maire de Laigneville qui renvoie les déchets à l’expéditeur. Cela fait réfléchir.

Fin de la digression, revenons au plastique.

Sources :

* : https://www.lapresse.ca/affaires/economie/commerce-de-detail/201806/08/01-5185025-ikea-veut-abandonner-le-plastique-a-usage-unique-dici-2020.php
** : TEOM = Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères