Cet article est la première partie d’un texte sur la démission fracassante de Nicolas Hulot. Et maintenant, qu’allons-nous faire ? Pour lire la suite c’est ici.  
Maintenant let’s go !

Salut les terriens, 

Je suspends l’odyssée du plastique pour vous partager un petit billet de rentrée.

Car oui c’est la rentrée. Et quelle rentrée !

D’habitude ce n’est déjà pas le meilleur moment de l’année : le premier truc que tu trouves en rentrant de vacances c’est la déclaration d’impôt dans ta boite aux lettres; le second ce sont tes plantes en état de déshydratation avancé (voire irrécupérables) dans l’appartement ; le troisième ce sont tes congénères tellement entassés dans le métro que ça en devient indécent.

En somme, un moment de bonheur intense pour beaucoup de monde.
Yoga, méditation…ou boxe peuvent être utiles durant cette période.

Mais cette année, cela a dépassé tout ce que l’on pouvait imaginer.

A moins d’avoir passé votre été dans un ashram,

coupé de tout accès à l’information, vous n’avez pas pu manquer la présence de Depardieu à Pyongyang pour fêter les 70 ans du régime nord coréen (une petite chouille sympa) ou la tribune anonyme de la Maison Blanche parue dans le New York Times pour dénoncer l’amoralité de Trump (aucune solidarité dans les équipes gouvernementales, c’est navrant ).

Non, le fait le plus marquant c’est la démission de Nicolas Hulot bien sûr * ! 

Pas la première fois qu’un ministre démissionne, me direz-vous. Mais celle-ci a provoqué un petit tsunami politique qui a mis la nation en émoi. Du moins les médias (cf. Léa Salamé et son « Vous êtes sérieux ? »), les politiques et une partie de la société civile.

Stupeur et tremblements.
Trop plein d’émotions estivales ou naissance de notre empathie écologique ?

 

Alors bonne ou mauvaise nouvelle pour la cause environnementale les vacances de Monsieur Hulot ?
(pas de politique c’est promis, ou rien qu’un peu)

 

Samedi dernier se sont organisées des marches pour le climat dans de nombreuses villes françaises.
115 000 personnes y ont participé d’après les organisateurs (trois fois moins d’après la police évidemment), la plus forte mobilisation jamais enregistrée pour la cause environnementale.
En 2014, ils n’étaient que 5 000 à Paris.

Un succès donc. La flamme de l’espoir commencerait – elle à s’allumer dans la société ? A moins que cela ne soit l’angoisse de notre finitude qui nous rassemble. Comme l’a dit Cécile Duflot la semaine dernière sur France Inter **, « ce ne sont plus les générations futures qui seront touchées par le changement climatique, c’est notre génération. Nous en voyons les effets avec nos yeux. » L’été, à cet égard, a été « flamboyant » entre les incendies grecs, suédois et américains, les records de chaleur au Japon ou les épisodes de canicule en France.

S’il faut la démission d’un ministre d’Etat pour commencer à nous faire bouger, on peut évaluer son acte comme présentant une forme d’utilité. Mais que faudrait-il alors pour avoir 3 millions de personnes dans la rue pour le climat ?

Au delà des querelles de chiffres sur la participation, la question qui se pose désormais c’est : que va-t-il se passer au-delà de cette marche ? Je suis curieuse de voir ce qui va émerger. Faut-il organiser des marches mensuelles comme cela est évoqué sur les réseaux sociaux, au risque que le mouvement s’étiole ?

A mon sens, il nous faut nous rassembler évidemment mais surtout nous structurer, coordonner les actions, lancer des projets...Et vous, vous en pensez quoi ?

Une certitude: encore plus qu’avant, c’est à nous de nous bouger. Le sursaut politique attendu n’a pas eu lieu. Le changement de paradigme absolument nécessaire semble remis aux calendes grecques par le nouveau ministre de la transition écologique, François de Rugy, pour lequel « l’écologie c’est une opportunité » (3).
La belle affaire…

Sources : (oui, j’écoute beaucoup France Inter )

* : A voir ou à revoir, l’interview de Nicolas Hulot sur France Inter dans laquelle il annonce sa démission: https://www.youtube.com/watch?v=YJZa90g9WSk
** : Cécile Duflot sur France Inter, interview du 7 Septembre 2018: https://www.franceinter.fr/emissions/le-7-9/le-7-9-07-septembre-2018
*** : Discours de François de Rugy, lors de sa passation avec Nicolas Hulot: https://www.francetvinfo.fr/politique/remaniement/video-je-suis-ici-pour-agir-pour-l-ecologie-regardez-le-discours-de-francois-de-rugy-lors-de-la-passation-de-pouvoirs-avec-nicolas-hulot_2925337.html